Imprimer cette page

Archives des événements

Dépose minute de l'APE

 
 
open

Pendant toute la durée de l'installation et du tournoi de tennis du Godó, l'APE (association des Parents d'élèves) organise un dépose minute. La rue étant barrée, les parents ne peuvent pas venir se garer pour déposer leurs enfants devant le lycée. Des personnes de l'APE se chargent d'ouvrir les portières des voitures et d'accompagner les enfants jusque devant l'école pour faciliter la circulation déjà compliquée dans la rue Marquès de Mulhacen.

Merci beaucoup à l'APE pour son implication !

Nous demandons aux parents de bien vouloir respecter les places handicapées (4, autant qu'habituellement dans la rue Bosch i Gimpera) et de ne pas y stationner afin qu'elles soient libres pour les personnes qui en ont réellement besoin. Merci.
 
























Carrefour des métiers

 
 
open

Cette semaine a eu lieu le Carrefour des Métiers.
Cet évènement, à l'initiative de l'Association des Parents d'Élèves du LFB, est destiné à tous les élèves de 2de. Ils assistent à une série de conférences données par des parents qui font découvrir aux élèves leur profession. Au total 50 interventions ont été proposées.

Les élèves ont pu en apprendre davantage sur les métiers de la finance, du marketing, de la médecine, mais aussi des arts et de la culture. Les métiers présentés étaient très variés : journaliste, avocat, éditeur, créateur d'entreprise, ou d'autres plus atypiques comme gouvernante générale d'un hôtel, nez en parfumerie, oenologue, scénariste, pilote d'avion, dessinatrice de livres d'art...

La finalité de ces rencontres est d'aider les élèves de 2de à déterminer le secteur d'activité professionnel dans lequel ils aimeraient exercer et ainsi choisir pour la classe de 1ère la section la plus appropriée pour eux. 

Nous tenons à remercier l'Association des Parents d'Élèves qui a permis que cette manifestation soit maintenant devenue une tradition pour le LFB. 












Conférences des élèves : les TPE sur le Développement Durable

 
 
open

Chaque midi de la semaine, un cycle de conférences scientifiques sur le thème du développement durable a été mené par des élèves.

Elles ont été réalisées par des élèves de Première ou de Terminale, qui ont présenté ainsi le fruit de leur travail de TPE.

Des élèves de tous niveaux ont pu entendre leurs camarades leur parler de thèmes comme : "Comment faire du LFB un établissement autonome en énergie ?", "La pollution sonore et la perturbation des baleines", "Comment les termitières pourraient être un modèle dont s'inspirer pour faire un établissement durable" ou encore "Se nourrir d'insectes en remplacement de la viande".

Autant de sujets qui ont, chaque jour, intéressés un groupe plus ou moins important d'élèves. Se nourrir d'insectes (avec dégustation !) a attiré un public particulièrement nombreux... Doit-on en conclure que les élèves voudraient des insectes à la cantine ?
















Expositions sur le Développement Durable

 
 
open

Pendant toute cette semaine du développement durable, le hall du LFB s'est transformé en carrefour des expositions.


Les élèves ont pu découvrir 3 expositions :

- l'une, constituée de panneaux et de maquettes réalisés par les élèves de 2nd 5 dans le cadre du cours de SVT de M.Magot, est le fruit d’une réflexion sur les différents moyens de produire de l’énergie. Les élèves ont donc pu travailler sur ces différents moyens de production et en comparer les impacts environnementaux : hydrocarbures, éoliennes, hydroliennes, les biocarburants, et même la récupération novatrice d'énergie par la photosynthèse...

- une autre exposition était présentée par les élèves de Terminale STMG de Mme Fernandez sur le marketing durable : le gaspillage, le packaging durable ou encore le green washing sont autant de thème que les élèves ont pu découvrir au travers d'une série de panneaux réalisés en classe.
 
- Enfin l'association Surfrider, pour laquelle les élèves vont récolter des fonds ce vendredi via une course solidaire, a présenté une exposition sur la pollution marine.















































Débats et tables-rondes sur le développement durable

 
 
open

Tous les jours de cette semaine consacrée au développement durable, un groupe d'élèves éco-délégué·e·s a animé une série de tables rondes afin d'animer des débats sur plusieurs thèmes d'importance.

Au programme : "Peut-on se développer sans polluer ?", "Barcelone sans auto, est-ce envisageable ?" ou encore "Comment consommer en visant le zéro déchet ?"

Un gros succès puisque pour l'une des tables rondes, le public a même du être scindé en 2 groupes menant le débat en parallèle tant les élèves s'étaient déplacé·e·s en nombre.
La semaine s'est terminée par une dernière séance dont le débat, portant sur la pollution marine, a été mené par un spécialiste de l'ONG Surfrider, venu pour l'occasion.








Comment nourrir 10 milliards d'habitants en 2050




open
Les élèves de 6º1 et 6º3 de Séverine Duthel, professeure d’Histoire-Géographie, ont eux aussi réfléchi au Développement Durable : comment nourrir les 10 milliards d’habitants, dont 2/3 seront citadins, qui peupleront le monde en 2050 ? En groupe, ils ont pensé des solutions diverses, allant du partage de l’espace à l’élevage d’insectes, et ont réalisé une affiche explicative de leur projet.
 
Nous vous invitons à venir admirer leur travail, qui sera exposé la semaine prochaine dans le hall.


















Course solidaire 2018




open



Pour terminer la Semaine du Développement Durable comme il se doit, les élèves ont participé à une course solidaire en faveur de l'association de protection de l'environnement Surfrider.

Plus de 300 élèves ont couru, réalisant à eux tous 2 354km !!























































La Semaine du Développement Durable



open
Cette semaine a eu lieu la première édition de la Semaine du Développement Durable au LFB. Organisé par Clarisse M’Bobda, professeure de Physique-Chimie, et Alexandre Magot, professeur de SVT, ce projet a pour ambition de sensibiliser les élèves au développement durable et aux thématiques d’écologie, d’éthique, de consommation responsable ou d’égalité. 

Le développement durable est inscrit dans le socle commun des programmes mais est souvent étudié de manière individuelle dans chaque matière. Lors de cette semaine, les enseignements peuvent être fédérés et traités de tous les aspects. Pour Alexandre, les cours proposent de nombreuses notions mais manquent de sensibilisation : les professeur·e·s sont là pour éduquer les élèves, leur donner les clés pour être acteurs  du changement et faire évoluer la société. C’est pour cela que des élèves du CVL ont été intégré·e·s parmi les éco-délégué·e·s, afin que des projets durables puissent être portés pour améliorer le fonctionnement du LFB.


Les éco-délégué·e·s, élèves volontaires pour assurer le bon déroulement de cette semaine, ont organisé des tables rondes, des conférences, des expos, des concours, un journal etc. pour attirer l’attention de leurs camarades sur les problèmes et solutions liés au développement durable.

Plusieurs intervenant·e·s sont venu·e·s rencontrer les élèves pour leur parler de leur engagement personnel ou professionnel.

Pour finir la semaine, les élèves ont pu mettre a profit leur engagement lors d’une course solidaire en faveur de l’association Surfrider.

Félicitations à tou·te·s les éco-délégué·e·s pour leur implication et merci à tou·te·s les professeur·e·s et encadrant·e·s qui ont fait de cette semaine une réussite ! 

Nous vous donnons donc rendez-vous l’année prochaine pour la deuxième édition de la Semaine du Développement Durable au LFB.

Le développement durable est inscrit dans le socle commun des programmes mais est souvent étudié de manière individuelle dans chaque matière. Lors de cette semaine, les enseignements peuvent être fédérés et traités de tous les aspects.

Pour Alexandre, les cours proposent de nombreuses notions mais manquent de sensibilisation : les professeur·e·s sont là pour éduquer les élèves, leur donner les clés pour être acteurs  du changement et faire évoluer la société. C’est pour cela que des élèves du CVL ont été intégré·e·s parmi les éco-délégué·e·s, afin que des projets durables puissent être portés pour améliorer le fonctionnement du LFB.

Alexandre Magot et Clarisse M'Bobda


Le Journal du Développement Durable

 
 


open
Quelques élèves volontaires, de la 6ème à la Première, ont travaillé durant les vacances à la rédaction d’articles sur divers thèmes se rapportant au Développement Durable. Ces articles ont fait partie de l’opération Journal Grandeur Nature et ont donc été imprimés et affichés dans de nombreux endroits de l’établissement, à la vue des autres élèves et de l’équipe encadrante, pour être lus et ainsi sensibiliser toute la communauté scolaire.
 
De nombreuses thématiques ont été traitées comme l’éco-tourisme, la décroissance, le septième continent, la neige au Sahara, les sacs plastiques… mais aussi 30 conseils pour combattre le réchauffement climatique, des rencontres avec Daniel et Lara, petits génies de l’écologie, un ingénieur industriel de l’entreprise Rimetal et Walter Actis, activiste de Ecologistas en Acción. 
 
Des articles rédigés par les élèves pour sensibiliser leurs camarades, en français, espagnol, catalan, anglais et même arabe !
 
 
Merci à tous nos journalistes en herbe pour ce superbe travail !

Conférences des élèves : COPVAL

 
 
open

Toute cette semaine des élèves de Seconde, inscrit·e·s au Club Débat Public, ont présenté les projets et le pays qu’ils représenteront dans moins d’un mois à COPVal, simulation de la conférence des parties (COP) organisée par le Lycée Français de Valence.

Cette opération réunit plusieurs lycées français. Les élèves, tout comme les diplomates représentant les pays, coopèrent en quatre commissions : nourrir l'humanité, ville durable, biodiversité et énergie.

Les problématiques environnementales du Danemark, de la Chine, des Îles Fidji, et du Nigeria ont ainsi été exposées aux élèves venu·e·s nombreuses et nombreux assister à ses conférences.

Une mention spéciale à un groupe d'élèves de CM2 particulièrement motivées ayant assisté à toutes les conférences de la semaine !

Merci à tous pour votre participation !









Les CP font du roller




open


Tous les élèves de CP apprennent à faire du roller. Chaque classe s'entraine durant 4 sessions de 2 heures, encadrée par des intervenants spécialistes du roller. Les enfants apprennent ainsi l'équilibre, la vitesse...mais aussi à gérer leurs chutes !

Sur les photos les CP4 et CP5.










































































Intervention de Gemma Barbany, directrice de Iaos, entreprise durable







open
Dans le cadre de la première édition de la Semaine du Développement Durable au LFB, les élèves des terminales STMG et ES2 ont eu la chance de rencontrer Gemma Barbany, directrice de la marque de pulls iaios, venue leur parler de son entreprise et de son parcours.
 
Iaios, c'est une entreprise de pulls en laine 100% recyclée. La laine est en effet produite par le filage d'une "bourre" issue du broyage de chutes de tissus récupérées de diverses entreprises de confection catalanes.

L'ensemble de la production, depuis la récupération de tissu jusqu'à la fabrication des pulls, est locale, et s'inscrit dans le cadre de la sauvegarde d'un savoir-faire et d'outils de production particulièrement importants historiquement et culturellement en Catalogne.
L'entreprise n'a par ailleurs recours à aucune teinture (procédé particulièrement polluant) : les couleurs sont simplement issues du triage et du mélange de tissu recyclé.

Comme l'a rappelé Gemma Barbany, l'industrie textile représente la 2ème industrie la plus polluante et la plus coûteuse en termes d'eau, derrière le pétrole. C'est une industrie particulièrement dure socialement, exploitant une main-d'oeuvre bon marché dans des pays asiatiques.  

Elle a également expliqué aux élèves l'importance de développer non seulement les filières biologiques, mais également une économie circulaire, qui permet la création de richesses sans détruire de capital naturel.

Cette entreprise s'inscrit donc pleinement dans une perspective de développement durable, c'est-à-dire à la fois économique, sociale et environnementale.  
 
 
Alexandre Magot, organisateur de la Semaine du Développement Durable au LFB
 
 
 
 
 

Concours de marque-pages

 
 
open

Un concours de marque-pages a été organisé par Myriam Bousquets, documentaliste du CDI, pour la Semaine du Développement Durable. 25 élèves de collège et lycée ont participé, avec des oeuvres toutes plus belles les unes que les autres ! Presque tous ont été faits à la main, à partir de plusieurs techniques : collage, aquarelle, peinture, dessin...tous avec un message de protection de la nature.

Le mercredi 25 avril, le jury composé de l'équipe CDI, l'équipe communication, Joëlle Conan professeure de SVT et 2 éco-délégués de la commission concours remettront les prix aux gagnants.

 

 











PhotoBooth pour la Biodiversité

 
 
open

Dans le cadre de la Semaine du Développement Durable, un PhotoBooth a été installé où les élèves peuvent être pris en photo en rhinocéros ou orang-outan, deux espèces en voie de disparition à cause du réchauffement climatique et de l'exploitation destructive de leur habitat naturel.













































































Babaka, un conte musical des CE2

 
 
open

Toutes les classes de CP ont pu assister à la représentation du spectacle Babaka, un conte musical africain, interprété par les CE2 en salle Dravet. Une séance a même été organisée pour les parents !

Entre conte, théâtre, musique et chants, les spectateurs ont voyagé autour du monde et ont découvert de nouvelles cultures.

 








































Sortida de l'ASS Escalade

 
 
open
Els alumnes del grup 1 de l'ASS Escalade i els seus professors han anat a Climbat, una sala d'escalada amb rocòdroms, ideal per entrenar-se però sobretot per passar-s'ho bé!
 
 
























Un nuevo reto para el alumnado de 4ème: objetivo residuo cero

 
 
open

Durante la Semana de la Sostenibilidad, que este año se celebra por primera vez en el Liceo Francés de Barcelona entre el 9 y el 13 de abril de 2018, se han realizado varias actividades, entre las cuales se encuentra la visita en clase de Lengua castellana y Literatura de Lucile Fouquet, cofundadora de Zero Waste Barcelona Network y mamá de una de nuestras alumnas.

En este caso, esta actividad se llevó a cabo el jueves 12 de abril en el marco de un proyecto de creación de videojuegos con valores (especialmente el medioambiental) desarrollado por el alumnado de 4ème 7 y supervisado por su profesorado de Matemáticas (Johan Delépine) y de Lengua y Literatura en castellano y en francés (Patricia Agüera Pàmies y Odile Kircher).

Lucile Fouquet realizó una interesantísima presentación alrededor de la cuestión de la necesidad de que todo el mundo tienda a reducir al máximo tanto su consumo como los desechos que de él se derivan con el objetivo de dejar de contaminar el medio ambiente y, por ende, parar de intoxicarnos. De este modo, nos presentó diversas problemáticas vinculadas al consumo de productos como el plástico: micropartículas en suspensión en nuestros océanos, generación de islas de plástico, consumo por parte de animales marinos y ciertas aves de los productos de desecho, etc.

Pero además de tratar de concienciarnos acerca de estas cuestiones, también nos aseguró que todas las personas podemos hacer algo al respecto mediante pequeños cambios en nuestros hábitos de consumo diarios. Por ejemplo, podemos reducir el consumo de envases, reutilizar los que tenemos, fabricar nuestros propios productos cosméticos y alimentarios, comprar a granel, etc.

Si queréis saber más sobre este tema, Siloé, ecodelegada y alumna de la 4ème1, escribirá en breve su crónica acerca de la visita de Lucile.

Patricia Agüera Pàmies, profesora de Lengua castellana y Literatura

 















Cooking Contest, the Award Ceremony

 
 
open

Tuesday, April 10th was a big day for Mrs Pindado's pupils of 2nde as they finally discovered who got a prize for the delicious dishes they had cooked before the Easter holidays.

In addition, during the award ceremony, they got two very pleasant surprises: first, as it was impossible this year to organize the final we have been used to for three years, the pairs who ended from the 4th to the 8th place also got a consolation prize! Secondly, a copious breakfast was offered to them, and they shared it with a great deal of enthusiasm. Many thanks to the Bursar's department for these attentions!

Mardi 10 avril fut un jour important pour les élèves de 2nde de Mme Pindado car ils découvrirent enfin qui recevait un prix pour les délicieux plats qu'ils avaient cuisinés avant les vacances de Pâques.

En outre, lors de la remise des prix, ils eurent deux agréables surprises: d'abord, comme il fut impossible cette année d'organiser la finale à laquelle nous sommes habitués depuis trois ans, les binômes qui terminèrent de la 4ème à la 8ème place reçurent également un prix de consolation! De plus, un copieux petit déjeuner fut offert aux élèves, qui y firent honneur avec grand enthousiasme. Un grand merci au Service de l'Intendance pour ces délicates attentions!

 

THE WINNERS:

Prize : A gift card of 10 euros each / Une carte-cadeau de 10 euros chacun

8th: Chicken Pie, cooked by Eloïse QUENTIN and Valentine SAUVAGEOT

7th: English Breakfast, cooked by Carmen MORENO and Albert SITJA

6th: Scotch Eggs, cooked by Valeria LUX and Marta MARTIN

5th: Thai Beef Stir-fry, cooked by María REVERTER and Ivan MONTOYA

4th: Kung Pao Chicken, cooked by Nathan BERLANCOURT and Matteo LAGOUARDE

 

3rd Prize : A gift card of 20 euros each / Une carte-cadeau de 20 euros chacun

Pork Curry and Jasmine Rice, cooked by Noelia GUISAN and Sandy ORTIZ

 

2nd Prize : A gift card of 30 euros each / Une carte-cadeau de 30 euros chacun 

Cardamom Butter Chicken, cooked by Hachmia BAKHTAOUI and Anna UDOVA

 

1st Prize : A gift card of 40 euros each / Une carte-cadeau de 40 euros chacun

Chicken Curry, cooked by Inés ESCAYOLA, Clara LLACUNA and Rebecca SERRA

 
























Los 1ES1 aprenden a interpretar el verso del Siglo de Oro con una actriz profesional

 
 
open

El martes 10 de abril, de 10h40 a 13h40, los alumnos de lengua y literatura castellana de la 1ère ES1 han tenido la oportunidad de iniciarse en la técnica interpretativa del verso del teatro barroco español.

En el marco del estudio de la obra La vida es sueño de Calderón de la Barca por parte de los alumnos de 1ère, Georgina de Yebra, actriz de la Compañía Nacional de Teatro Clásico, ha dirigido un taller adaptado a estos jóvenes alumnos en el escenario de la Salle Dravet. El objetivo: acercar el verso a los alumnos, encontrando la comodidad en su artificio, para que lo vivan como una ayuda para la interpretación del texto y no como un obstáculo.

A partir de textos de Calderón de la Barca y de Lope de Vega, hemos abordado el verso mediante el juego, comprendiendo la importancia de la métrica, el ritmo, la prosodia, la involucración del cuerpo y de la voz… Hemos “bailado” un soneto y tamboreado una redondilla a ritmo de vals; y con el ritmo en mente, hemos aprendido a contar las historias que se esconden tras la forma del verso.

Los alumnos han trabajado individual y colectivamente. En las escenas, han aprendido la dificultad de compartir versos, de entrar a tiempo en el ritmo, y todo esto sin perder el sentido del texto.

La experiencia ha sido divertida y provechosa. El estudio de una obra de teatro en clase de literatura tiene sus obvias limitaciones, y con este taller los alumnos han podido vivir en sus carnes la finalidad de todo texto teatral: su interpretación. Respecto al verso, han podido descubrir que esconde pistas para interpretar el texto, y que seguirlas puede convertirse en un divertido juego.

Anna Zouari, profesora de lengua y literatura.

































Les 6èmes de l'Atelier Théâtre définissent des mots abstraits

open

Voici un exercice filmé des élèves de Sixième de l'Atelier Théâtre

L'exercice était le suivant:
Les élèves ont choisi quelques mots "abstraits" puis ont écrit une phrase qui leur venait à l'esprit pour définir ce mot. Une phrase ou une image ou un exemple de situation, etc.
Par la suite, ils ont lu leurs écrits puis se sont mis par groupe. Chaque groupe a sélectionné 3 ou 4 définitions qui l'avaient touché. Ils se sont alors mis à réfléchir à une pose, une figure ou une image qui illustrait la phrase. Ils devaient ensuite énoncer clairement la définition puis la représenter avec la figure choisie, le tout en respectant les impondérables du théâtre : parler fort, être expressif, oser, etc.

Célia Weil, professeure de français et de théâtre

l'Atelier Théâtre en représentation à Perpignan

 
 
open
Pendant les vacances de Pâques, les élèves de l'Atelier Théâtre Lycée sont partis jouer leurs deux pièces (Musée Haut-Musée Bas, de M. Ribes et Dieu, de Woody Allen) à Perpignan. 
 
A peine arrivés le vendredi 23 avril, ils ont sorti tout le décor du bus et ont commencé à monter tout le matériel au Théâtre de la Rencontre. S'adapter à un nouvel espace, gérer différemment la projection de voix, trouver des solutions pour pallier au manque de coulisses... Autant de difficultés qu'ils ont parfaitement su surmonter! La représentation du samedi 24 avril fut un succès! La troupe a d'ailleurs fêté cela dans une petite pizzeria du coin le soir. Mais après avoir, bien sûr, tout re-démonté et remis dans le bus : une vraie vie d'artiste !
 
Le dimanche, rebelote ! Déchargement du bus et montage du décor dans une toute nouvelle salle : Le Théâtre Municipal de Perpignan. Sièges en velours rouge, balcons, coulisses de stars, éclairage aux milles effets, grands espaces scéniques... Le vrai plaisir du luxe! Le défi? Plus de 400 places réservées pour la représentation du lundi 26 avril !! 
Malgré le stress, les acteurs ont là encore fait honneur à leur metteur en scène et accompagnateurs, Christian Renault (Professeur de théâtre et metteur en scène), Célia Weil (professeur de Français et Théâtre) et Axel Pech (Ancien  Acteur de l'Atelier Théâtre du LFB, aujourd'hui actif dans le monde du spectacle). La représentation fut un triomphe ! Le public (environ 450 personnes!) a apprécié l'énergie et la qualité du spectacle ! Rires et émotions étaient au rendez-vous ! 
 
Le lendemain, les acteurs ont été reçus au Lycée Notre Dame de Bon Secours. Plusieurs classes étaient venues les voir jouer la veille et tenaient à les féliciter et à les remercier. Un bel échange a eu lieu et les Barcelonais ont eu le plaisir de recevoir des dizaines de cartes de remerciement et mots de félicitations pour leur prestation ! 

C'est donc avec plein de beaux souvenirs que la troupe est revenue à Barcelone ! 
 
Pour ceux qui n'auraient pas encore vu leurs pièces ou qui souhaiteraient les revoir, il reste deux représentations Vendredi 13 avril à 19h et Samedi 14 avril à 18h en salle Dravet. Après cela, baisser de rideau.... 

Célia Weil, professeure de français et de théâtre













Los 4ème 1 y 7 en el cine

 
 
open

El lunes 19 de marzo de 2018, los grupos-clase de 4ème 1 y 7 tuvieron la suerte de poder asistir a la proyección del documental Human Flow antes de su estreno, en el cine Verdi de Barcelona. Fueron acompañados por algunas de sus profesoras, las señoras Agüera, Kircher y Kuster, así como por Laia, una de las vigilantes del LFB.

El director de este documental, Ai Wei Wei, logra transmitir un mensaje fundamental a la sociedad que proviene de las personas que buscan refugio: somos seres humanos y merecemos respeto.

Durante esta misma semana, en clase de Lengua castellana y Literatura, se ha recogido los puntos de vista del alumnado de las 4ème 1 y 7 sobre este documental:


4e1

Carmen: “Después de haber visto este documental, me he dado cuenta de que los medios de comunicación no nos informan de todo lo que pasa”, “A pesar de todo su sufrimiento, las personas que buscan refugio intentan seguir con sus vidas. Algo muy bonito que se desprende del documental es la esperanza”.

Carla: “Destacaría el hecho de que Ai Wei Wei sólo muestra a una persona muerta porque no quiere victimizar a las personas refugiadas”.

Noelia: “Tenemos suerte de poder ir al colegio y de ser europeos”.

Martín: “Ai Wei Wei no muestra casi nada positivo, pero la realidad no es precisamente muy esperanzadora…”.

Víctor: “Hay que buscar la manera de que las personas en busca de refugio tengan cosas por hacer y sobre todo de que se estimule a la infancia”.

Noelia: “Lo más triste para mí fue ver a los niños pasándolo tan mal”.

Mael: “Lo peor es que la pesadilla no acaba cuando las personas refugiadas llegan al país de acogida…”.

Alejandro: “Me impactó ver las consecuencias de la escasísima higiene y la mala alimentación en los campos de refugiados. Por ejemplo, los dientes negros en los/las niños/-as”.


4e7

Alexandra: “Me impactó que hubiera tanta gente durmiendo en una estación de tren. Más tarde en el documental se veía feliz a la gente caminando hacia su destino, pero al llegar se encontraban con la policía que no les dejaba pasar y con gente que moría. Si se piensa bien, resulta desesperanzador... Y lo peor debe de ser la incertidumbre”.

Berta: “Me impresionó ver que el sueño de una chica de mi edad era subirse a un tren. La necesidad de salir de su país debía de ser inmensa”.

Lucía: “Me impresionó darme cuenta de todo lo que los medios de comunicación no nos cuentan”.

Matthieu: “Se habla mucho de los atentados en Europa, pero no tanto de las muertes en Siria, por ejemplo, y son muchas personas más...”.

Mayka: “Ahora mismo en los medios de comunicación españoles se habla mucho de la muerte violenta y terrible de Gabriel, pero no de la de otros muchos niños que están muriendo todos los días en el mundo…”.

Luna: “Montones de niños en el mundo mueren y no tienen un hashtag propio en las redes sociales ni se habla de ellos”.

Antoine: “Cuanto más próximo nos resulta algo, más nos afecta. Nos cuesta mucho más identificarnos con alguien cuando no se parece tanto a nosotros/-as”.

Marie: “Tenemos mucha suerte de haber nacido aquí. Hay niños/-as que nacen en los campos de refugiados y que ni siquiera pueden ir al colegio…”.

Guillem C.: “¡Europa necesita a la inmigración para no envejecer!”.

Joseph: “No interesa que sepamos todo lo que pasa. Nos limitan la información”.

Malik: “Nunca nos llega la información sobre los esfuerzos que hacen las personas que huyen del continente africano, por ejemplo, que cruzan países y mares y que dejan todos sus ahorros a las mafias…”.


Noelia A., Clara D., Sofía G. y Jeanne H. (4e1)
bajo la supervisión de Patricia Agüera Pàmies,
su profesora de Lengua castellana y Literatura





La 4ème7 lo tiene claro: ¡no más colillas en el suelo!

 
 
open

El grupo-clase de 4ème 7 está llevando a cabo (con su profesor de Matemáticas, Johan Delépine, y sus profesoras de Lengua y Literatura en francés y en castellano, Odile Kircher y Patricia Agüera Pàmies) un proyecto de creación de videojuegos educativos con el objetivo de concienciar a la comunidad escolar acerca de cuestiones como la contaminación (del aire y del agua en particular), la necesidad de ahorrar agua, el problema de la gestión de los residuos y la importancia del reciclaje, etc.

Por todo ello, en la asignatura de Lengua castellana y Literatura recibimos en el Liceo Francés de Barcelona el miércoles 21 de marzo la visita de Miquel Garau Ginard, fundador de No Más Colillas en el Suelo. Antes de la sesión, Miquel se reunió con la doctora Orta (coordinadora de los programas de salud en el LFB y en especial de Classe Sense Fum y Pase.Bcn en 1º de la ESO, curso en el que se trabaja a fondo acerca de la prevención del tabaquismo) y con Alexandre Magot, coorganizador, junto con Clarisse Mbobda, de la Semana de la Sostenibilidad, que se celebrará en el LFB del 9 al 13 de abril de este año 2018.

Uno de nuestros ecodelegados, Víctor G., alumno de 2º de la ESO 1, acudió a la cita para ejercer como periodista y podremos leer en breve una crónica de su experiencia durante la interesantísima exposición y vibrante charla motivacional que nos ofreció Miquel. Así que si queréis saber más sobre por qué tanto Miquel como el alumnado de la 4e7 tienen claro que No Más Colillas en el Suelo es una entidad que difunde un mensaje y unas acciones más que necesarias, imprescindibles en pleno siglo XXI, seguid atentamente las noticias que se publicarán durante la Semaine du Développement Durable. Y no os perdáis el vídeo correspondiente al final de la sesión, donde el alumnado deja claro lo que quiere: ¡participar en un colillatón!

Ah, y en primicia os podemos anunciar ya que, a la vuelta de las vacaciones de primavera, nos vendrá a visitar durante la Semana de la Sostenibilidad Lucile Fouquet, cofundadora de Zero Waste Barcelona Network y mamá de una de nuestras alumnas. Esta vez, la crónica la escribirá Siloé P., de la 4e1.

Patricia Agüera Pàmies
Profesora de Lengua castellana y Literatura


























Prix Chronos à la BCD

 
 
open
Les élèves de Primaire ont voté pour le Prix Chronos. Il s'agit d'un prix littéraire décerné par la Fondation Nationale de Gérontologie. Le thème du concours est "Grandir, c'est vieillir ; vieillir, c'est grandir" et les livres présentés amenaient à réfléchir sur le thème de la vieillesse, du temps qui passe, du cycle de la vie...et à mieux comprendre et respecter les personnes agées.
 
5 classes ont participé et ont donc lu 4 livres avant de voter pour l'un d'eux avec leur carte d'électeur en BCD.
 
Le livre gagnant du vote des CE1-CE2 est L'Enfant qui n'avait jamais vu une fleur et celui des CM1-CM2 est Les papés de Marseille.
 
 
Nombres d'inscrits : 152
Nombres de votants : 98
 
 
 
 








Les présidents des 3 commissions DiaMéd

 
 
open

Lors du DiaMéd, les élèves débattent des projets à présenter à l'Union pour le Méditerranée en trois commissions différentes : Villes et Transports, Autonomisation de la Femme et Environnement. Les élèves journalistes Marina Vieu, Carla Vieilledent, Yaiza Viejo, Amaya Fernandez, Camille Smith et Fiona Harwood ont interviewé les présidents de chaque commission.

ANDREU ET PABLO, PRÉSIDENTS DE LA COMMISSION DES VILLES ET DES TRANSPORTS

Qu’est ce qui vous a poussés à être président?

Pablo:  C’est la curiosité, l’envie d'en savoir plus. Dans tous les projets, j’avais participé comme délégué, donc la figure de président m’a toujours intrigué. Pour l’instant, c’est très bien. C’est une grande responsabilité car il y a toute une commission qui dépend de nous, donc un tiers du projet dépend de mes camarades et moi. C’est aussi la responsabilité d’accueillir des étrangers dans cet établissement. Il faut donner une bonne impression afin que ce projet dure dans le temps.

Andreu:  Moi aussi j’étais intéressé par la figure du président. J’avais participé à plusieurs évènements à MUN (Modélisation des Nations Unies) en tant que délégué mais jamais en tant que président. J’avais donc hâte de voir comment je pouvais me débrouiller en tant que président de commission. C’est aussi un défi pour moi car il faut avoir la capacité de bien encadrer les débats et que tout se passe dans les meilleures conditions possibles.


Que signifie le DiaMéd pour vous?

Pablo:  En résumé, le DiaMéd, c’est la coopération, c’est mettre en commun des projets qui nous tiennent à coeur, c’est être disposé à céder, à partager avec les autres pour créer le projet qui convienne le mieux à la commission.

Andreu: C’est quelque chose de différent du Débat Public. On est habitués au MUN, c’est vraiment une compétition entre les délégués et le but est de s’imposer au sein de ta commission. De plus, il n’y a pas d’impact direct sur la réalité. Le DiaMéd au contraire propose une stratégie de coopération de dialogue. On peut également avoir un impact sur notre environnement, qui est le contour méditerranéen.

Pablo: Comme dit le slogan de GreenPeace, qui est une phrase de référence dans ma vie : “penser globalement mais agir localement”. Je pense que ceci définit le DiaMéd.

Andreu: Le DiaMéd est un peu comme notre petit fils. Or, cette année, il y a des réformes avec de nouveaux lycées comme celui d’Ankara et celui de Gavà. On espère commencer à créer les bases d'un projet futur qui sera de plus en plus important.


Que pensez vous des projets de votre commission?

Pablo: Véritablement, je pense que les projets sont très variés. Il y a un spectre de projet très divers, très vastes. On a des projets très scientifiques, très minutieux, qui apporte cette approche différente de celle des élèves de L et de ES qui sont plus humanistes.
Par rapport aux projets, il y a des élèves de Seconde qui sont très enthousiastes, ce qui est admirable. Leur projet manque parfois de forme car ils n’ont souvent pas eut la chance de participer aux mêmes évènements que nous, comme FerMUN, Numad, Yocopas… Les élèves de Première commencent à voir la forme que l’on recherche. Finalement, les élèves de Terminale présentent des projets très bons, parfois admirables.
Un aspect que partage tout les délégués est l’enthousiasme, ce qui est très valorisé.


Est-ce que vous pensez que les élèves du lycée d’Ankara ont apporté un nouveau point de vue?

Pablo:  Je pense que les inviter a été une vraie réussite. Normalement, on traite des aspects depuis un point de vue très centré sur l’Europe. Je pense que l'eurocentrisme est un problème que rencontre toujours les occidentaux. Inviter les élèves d’Ankara nous apporte cette perspective du sud et ses idées nouvelles. Ils ont déjà apporté de bons projets, centrés sur des villes en Turquie. Cela apporte de la diversité.

Andreu:  Oui, tout à fait. La Turquie n’est pas un pays proche de l’Espagne géographiquement mais il fait néanmoins partie de la Méditerranée. C’est une façon différente de voir les enjeux, c’est très enrichissant. On espère que d’autres pays participeront à ce projet dans les années futures.  





INTERVIEW DE LENA CABRESPINES ET NOOR AÏT-ISSAD, PRÉSIDENTES DE LA COMMISSION SUR L'AUTONOMISATION DE LA FEMME

Qu’est ce qui vous a poussées à être présidentes?

Lena:  Les présidents sont une partie assez importante pour le DiaMéd parce que c’est grâce à leur travail que les projets se concrétiseront et qu’ils encouragent la discussion entre certains groupes, se chargent de toute l’organisation en sous commission, etc. Les présidents doivent aider les autres à aboutir dans leurs résolutions, leurs projets.

Noor: C’est une bonne question! J’ai déjà fais un tour, si on peut dire ça comme ça, des différents rôles d’une modélisation des nations unie : traductrice, déléguée... et je me suis dis pourquoi pas être présidente? Je pourrais voir l’envers du décor, donc tout ce qui est organisation, comment gérer les temps de parole. Ça me paraissait très intéressant et puis j’aime bien les postes à responsabilité. C’était un peu comme un challenge pour moi, c’est pour ça que j’ai choisi ce rôle.


Que signifie le DiaMed pour vous?

Lena:  C’est une occasion de dialoguer avec des gens que l’on ne connaît pas ou des gens qui peuvent avoir un autre point de vue sur les choses. C’est également l’occasion de créer quelque chose de commun et vraiment d’avoir l’impression de changer les choses, même si c’est à échelle locale.